Mende : La Violette optimiste de Gérald GruhnGérald Gruhn a choisi cette fois d'écrire une histoire positive.
© D.R
 

Pourquoi je n'écrirais pas du Gruhn mais en résolument positif ?" Ainsi est né le nouveau roman de Gérald Gruhn, Violette et les grillons (TDO éditions, collection Terres du sud), qui vient de paraître et que son auteur dédicacera ce samedi, sur le stand de la librairie Chaptal, au salon M'Lire à la halle Saint-Jean. "Cela part d'une remarque de lecteur, sans que ce soit un jugement de valeur, qui me disait que j'assassinais beaucoup dans mes livres ou pièces de théâtre."Qu'à cela ne tienne, Gérald Gruhn s'impose alors d'être positif.

 

"Nous étions déjà dans une période morose, avec une absence de perspectives. Je me suis dit que c'était une manière de donner quelque chose de positif, de prendre le contre-pied et faire un peu ma B.A., explique l'écrivain. Et puis, d'une contrainte j'ai fait un atout, quelque chose sur laquelle tu t'appuies pour construire, générateur d'imagination. Ça ne bride pas mon écriture, ça m'emmène ailleurs."

Un roman et des nouvelles

L'histoire se passe dans une ville en bord de Méditerranée. "On y parle avec l'accent de Marseille mais Marseille, Sète ou Perpignan ne collaient pas. Alors je l'ai inventée. On a le droit, tous les droits ! Moi, je suis fils de l'immigration, avec des grands-parents polonais. J'avais envie de parler d'une belle expérience d'intégration, de quelque chose qui marche, et il y en a plein. Un peu comme le film Demain."

L'héroïne, Violette, est une artiste, pleine de convictions. "En plus, elle est très belle, s'enthousiasme son créateur. C'est l'amie que j'aurais aimé avoir. Si j'avais croisé sa route, j'espère que nous aurions fait un bout de chemin ensemble."

Pour la première fois, suite à un stage, Gérald Gruhn a travaillé avec un synopsis. "Pour construire l'histoire et en doser tous les effets. En cours d'écriture, malgré tout, si quelque chose me surprenait, je l'intégrais quand même. Et j'ai ainsi modifié le scénario. Pour un roman, c'est un travail très différent de la nouvelle où tu n'as pas vraiment le temps de rentrer dans la psychologie, où il faut raisonner en terme de chute. Il faut aller vite, surprendre les gens."